Catégories
Informations et évenements

Libérez le camarade Amin, enlevé par les Rangers à Karachi

Le camarade Amin, membre actif de la Progressive Youth Alliance à Karachi, a été enlevé à son domicile dans la colonie Shah Faisal à Karachi par les Rangers (une force paramilitaire au Pakistan) le 14 juillet. À ce jour, personne ne sait où il se trouve, pas même la police et la Haute Cour au Pakistan.


Qu'est-il arrivé?

Le 14 juillet à 2 heures du matin, son domicile a été attaqué par des dizaines de Rangers qui sont entrés de force dans les lieux sans mandat ni autorisation légale. Ils ont menacé sa sœur Sairo Bano (également membre de la PYA) et sa mère de graves conséquences avant de l'enlever.

La famille a posé des questions sur les charges retenues contre lui et sur toute autre raison de cette attaque, mais elle n'a reçu aucune réponse. Au contraire, toute la maison a été fouillée et la famille malmenée. Plus tard, la famille d'Amin s'est adressée à la police, mais le poste local a refusé d'enregistrer leur plainte et ne leur a pas dit non plus où se trouvait Amin. En raison de cette situation, sa mère est dans un état critique.

La famille a également déposé une demande d'habeas corpus devant la Haute Cour après avoir rempli toutes les conditions, mais le tribunal a également retardé l'affaire, généralement considérée comme urgente sur le plan juridique, et la date de l'audience a été fixée au 7 août.

De nombreuses manifestations ont eu lieu dans diverses villes du pays malgré l'intimidation des autorités pour s'abstenir de ces manifestations. Une grande manifestation a également eu lieu à Karachi le 21 juillet à laquelle un grand nombre de militants politiques et de défenseurs des droits humains ont participé et ont exigé la libération d'Amin et d'autres personnes qui ont été enlevées par les Rangers et d'autres forces de sécurité à travers le pays.

Être torturé ou mourir

La vie d'Amin et de nombreuses autres personnes enlevées dans différentes régions du pays est en jeu. Dans de nombreux cas avant cela, les victimes des Rangers ont été gravement torturées pendant leur détention, tandis que beaucoup ont perdu la vie. Beaucoup sont également contraints de rejoindre des partis politiques spéciaux soutenus par la classe dirigeante. S'ils refusent, ils sont menacés d'être impliqués dans des infractions pénales graves, après quoi ils pourriront en prison pour le reste de leur vie.

Alors que de plus en plus de personnes plongent dans l'extrême pauvreté et le dénuement, la répression étatique atteint de nouveaux niveaux. Tout cela est fait pour freiner toutes sortes de processus politiques, contre le pillage et le pillage de l'élite et pour défendre leurs modes de vie extrêmement luxueux. Ces enlèvements sont devenus une routine courante au Pakistan et, en fait, c'est devenu une activité florissante pour le personnel des forces de sécurité. Ces dernières sont généralement appelées "personnes disparues" au Pakistan et leur nombre a atteint des milliers ces dernières années.

De nombreuses victimes sont gravement torturées puis obligées d'admettre des crimes graves sans être présentées à aucun tribunal. Les familles des victimes sont continuellement harcelées et des femmes sont agressées sexuellement dans plusieurs cas. Des sommes énormes pour des pots-de-vin sont également exigées des familles pour libérer les victimes et, dans certains cas, les familles se font dire que si elles donnent un pot-de-vin, la personne enlevée à leur famille ne sera pas torturée. Cependant, aucun contact n'est autorisé pour la victime avec la famille, même par téléphone, et le sort de la victime n'est jamais révélé. Selon de nombreux rapports, les cadavres des victimes qui sont mortes sous la torture dans le passé n'ont été remis à leurs familles qu'après avoir reçu d'énormes sommes d'argent sous forme de pots-de-vin. De nombreux membres plus âgés de la famille sont également décédés des suites d'une crise cardiaque après avoir fait face à une telle barbarie.

Jouer avec des vies humaines est une sale affaire

Les tribunaux, les services chargés de l’application des lois et les partis politiques sont soit impuissants, soit participent à cette sale affaire de jouer avec la vie des gens à travers le pays, et Amin en fait partie. Quiconque élève la voix contre cette injustice perpétrée par les forces de sécurité est qualifié de traître et est menacé de sédition, ou pire de tout, enlevé.

Les lois au Pakistan sont déjà extrêmement répressives en raison de l'impérialisme britannique, établi pour subjuguer les masses coloniales. De nos jours, la répression étatique est allée bien au-delà de ces limites et a fait une farce du système juridique, qui est devenu une feuille de vigne pour couvrir leurs crimes.

La barbarie nue est devenue l’ordre du jour dans tout le pays. L'État, les tribunaux et les autres institutions sont devenus si pourris, corrompus et dégénérés qu'ils se rendent totalement inutiles. L'État utilise le soutien des puissances impérialistes comme les États-Unis et d'autres pays occidentaux pour perpétuer cette barbarie. Le soutien financier du FMI et de la Banque mondiale contribue également à cette répression barbare.

#releaseamin Nous lançons un appel aux travailleurs du monde et à nos camarades de différents pays pour qu’ils manifestent contre ces crimes barbares de l’État pakistanais. / Image: PYA La crise de tous les partis politiques ici est également très profonde et la classe dirigeante aujourd'hui n'a pas de parti politique qui ait même un semblant de confiance parmi une partie des masses comme elle le faisait dans le passé. De plus, les tentatives d'imposer de nouveaux partis politiques par le haut ne sont pas accueillies avec enthousiasme comme auparavant, surtout après l'échec du drame appelé le PTI, qui est désormais censé diriger le pays. Dans toutes ces circonstances, le sort des militants politiques contre toute cette injustice s'aggrave avec la répression étatique atteignant des niveaux sans précédent.

Solidarité nécessaire

Nous lançons un appel aux travailleurs du monde et à nos camarades de différents pays pour qu’ils manifestent contre ces crimes barbares de l’État pakistanais. Vous pouvez également:

  • Écrivez des lettres et des e-mails aux ambassades pakistanaises dans différents pays à titre personnel ou au nom de votre organisation
  • Organisez des manifestations contre cela et publiez les vidéos sur les réseaux sociaux avec les hashtags spécifiques
  • Publiez des commentaires et des opinions à ce sujet sur les réseaux sociaux tout en taguant le Premier ministre du Pakistan, la DG Rangers Sindh et le ministre de l'Intérieur du Pakistan
  • Organisez des discussions sur cette barbarie dans votre région ou lieu de travail sur les crimes de l'État pakistanais.

Nous exigeons la libération immédiate du camarade Amin ou, s'il y a des accusations contre lui, il devrait comparaître devant le tribunal. Nous exigeons également la libération de toutes les personnes enlevées par les forces de sécurité au Pakistan ou, à défaut, elles devraient être présentées immédiatement devant les tribunaux s’il y a des accusations contre elles. C'est un droit démocratique fondamental de chaque être humain et nous devons lutter pour ce droit.

#ReleaseAmin

#StopStateAbductionsInPakistan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *