Catégories
Informations et évenements

Pourquoi les syndicats devraient soutenir la vie des noirs

L'activisme et la mémoire de Martin Luther King, Jr. ont été évoqués à juste titre ces dernières semaines alors que des centaines de milliers de personnes à travers le monde sont descendues dans la rue pour exiger la fin de la discrimination raciale.

J'ai passé ce temps à réfléchir à notre responsabilité en tant que syndicat d'élever notre jeu et d'être des leaders dans cette lutte. À ceux de nos rangs qui disent que ce n'est pas notre combat, je suggère simplement qu'il est impossible de dire que toutes les vies comptent quand toutes les preuves suggèrent que certaines vies – qu'elles soient noires, féminines, handicapées ou ouvrières vies – ne sont pas jugées aussi importantes que les autres.

De temps en temps, cette inégalité est mise en évidence. Que ce soit le meurtre de George Floyd, ou l'expulsion illégale de Britanniques noirs dans le cadre du scandale Windrush, ou les vies appauvries qui ont été tuées par suicide en raison des défaillances de notre système de sécurité sociale. La discrimination est intimement liée à notre système. C'est un câblage difficile qui ne favorise qu'un seul groupe: les riches et les puissants.

Lorsque nous parlons de la brutalité policière dans le cadre moderne, ceux qui souhaitent repousser le problème doivent se rappeler que la police a également été armée contre les communautés ouvrières en général. À l'approche de l'anniversaire de la bataille d'Orgreave, un moment où l'État a légalisé la violence contre les mineurs de la classe ouvrière, nous devons être solidaires de nos frères et sœurs noirs confrontés à une discrimination systémique de la part de la police.

C'est la tâche historique du mouvement syndical d'exercer son pouvoir sur le lieu de travail afin de vaincre la discrimination partout où nous la trouvons. Nous savons par expérience industrielle que ce n'est que par l'unité et la promotion de solutions collectives que nous gagnons. Les syndicats franchissent toutes les divisions de la société et notre lutte contre toutes les formes d'exploitation nous rend les mieux placés pour unifier les gens contre le racisme.

Je crains que nous n'isolions depuis trop longtemps la question de l'égalité, la déconnectant de la lutte industrielle et des inégalités de classe, agissant comme si nous pouvions y faire face séparément. C'est une erreur majeure que beaucoup commettent et nous devons nous mettre au travail maintenant pour la corriger.

Dans le mouvement syndical, lorsque nous demandons aux travailleurs de s'unir, nous ne faisons aucune discrimination. Comme pour toutes les luttes auxquelles nous sommes confrontés, nous sommes plus forts lorsque nous faisons cause commune. Mettre fin à la discrimination raciale doit être lié à l'amélioration du profil de l'inégalité de classe.

Nous n'éviterons pas ce combat ni ne sous-traiterons notre travail contre le racisme à d'autres organisations. Nous travaillerons en partenariat avec ceux qui partagent nos objectifs, mais ce combat doit être au centre de notre lutte quotidienne et non considéré comme un élément supplémentaire de notre travail.

Les vies noires n'ont pas seulement besoin d'alliés qui condamnent ce qui est arrivé à George Floyd – ils ont besoin de camarades qui sont prêts à faire le travail pour faire changer les choses. Martin Luther King, Jr. a parlé de «quatre catastrophes»: le militarisme, le matérialisme, le racisme et la pauvreté. Nous devons nous assurer de nous battre en sa mémoire, au sein des communautés ouvrières, pour relever son défi de faire face à ces maux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *